Journée de stage de perfectionnement avec Olivier TAVERNIER au Centre de Compiègne le Dimanche 27 octobre 2019.

Limite d'inscription : 18 octobre 2019.

Document pour inscription ci-dessous :

ICI


Commentaires

Leoni Samson le mercredi 17 juin à 10:08

Merci Olivier TAVERNIER pour cette Journée de stage de perfectionnement que vous nous avez offert au Centre de Compiègne le Dimanche 27 octobre 2019.

J'ai bien aimé votre discours concernanr le tir à l'arc au débutant : je copie ici car j'ai trouvé  toutes les infos sur MVB :je cite : le tir à l'arc est un défi parce que nous sommes en compétition avec nous-mêmes.  Chaque fois que nous nous affrontons, nous pratiquons un art martial.  Le tir à l'arc est un art martial.

Ce que j'aime le plus dans le tir à l'arc, c'est qu'il est basé sur la physique.  Mon corps comprend totalement la physique. Tout le monde comprend la physique.  Nous nous déplaçons dans le monde entier et nous faisons appel à la physique tous les jours.

Si vous commencez le tir à l'arc, je pense qu'un arc recourbé ou un arc à baguette est le mieux adapté.  Parce que notre corps comprend la physique, nous comprenons que plus nous tirons la flèche vers l'arrière, plus elle va aller vite.  Nous savons que si nous tirons la flèche exactement de la même façon à chaque fois, la flèche quittera l'arc à la même vitesse à chaque fois.  Cela signifie que nous pouvons nous efforcer de frapper ce que nous pointons.

Les arcs à poulies sont assez soignés, mais ils sont contre-intuitifs dans la mesure où une fois l'arc tiré, il est beaucoup plus facile à tenir qu'il ne l'était au départ.  Cela va à l'encontre de ce que nous vivons quotidiennement en physique.  Et cela va à l'encontre de l'arc traditionnel très intuitif.

Je tire sur les deux types d'arcs, traditionnel et à poulies.  Je les aime tous les deux.  Je tire sur le traditionnel en le tenant dans ma main gauche, et je tire sur le composé en le tenant dans ma main droite.  Je fais cela pour que mon cerveau puisse fabriquer deux ensembles différents et uniques de voies neurales qui correspondent aux types d'arcs.

Le cheminement neural construit par un archer doit être fait de manière cohérente.  C'est pourquoi les archers travaillent plus sur la forme que sur la visée.  Si notre forme est correcte et que nous sommes correctement orientés, nous atteindrons la cible.  Le cheminement neural joue un rôle important en nous permettant de répéter précisément nos actions pour chaque tir.

Le tir à l'arc est difficile pour le dos et les épaules. Il est donc préférable de se reposer deux ou trois jours entre les séances de tir à l'arc pour éviter les tensions musculaires et les éventuels maux de tête. 

Bonne chance, et n'abandonnez pas.  Je joue au tir à l'arc depuis plus de 50 ans.

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.